Archives de catégorie : Un peu d’Histoire

Charles Chaplin (1889-1977)

uneviedechienCharles Chaplin est né en Avril 1889 dans East Street, une rue de l’un des quartiers les plus pauvres de Londres.

Son père, chanteur ??comique excentrique?? bascule vite dans l’alcoolisme. Sa mère, Hannah Hill, un temps chanteuse, sombre dans la maladie mentale. Son enfance, comme celle de son demi-frère a?né Sydney, se partage entre orphelinats et mansarde sordides.

A 10 ans, Charles débute dans une troupe d’enfants danseurs de claquettes. Avec Sydney, il remporte de nombreux succès dans la troupe de music-hall de Fred Karno. Lors d’une tournée aux Etats-Unis, il est remarqué par Mack Sennett, qui vient de fonder la Keystone, spécialisée dans le burlesque. En cette seule année 1914 où il débute dans le cinéma et appara?t dans trente cinq films,Chaplin impose le personnage de Charlot, devient la vedette de la Keystone, et surtout déclenche se qu’on a appelé la ??Chaplinmania??. Sa silhouette, sa moustache, sa badine de jonc, son melon et sa démarche inspirent dessins, bandes dessinées, figurines et jouets. En trois ans, son salaire hebdomadaire est multiplié par dix. En 1919, il fonde, avec Douglas Fairbanks, Mary Pickford et David W. Griffith, Les Artistes Associés (United Artists), première compagnie cinématographique indépendante créée et dirigée par des acteurs et réalisateurs.

Entre temps, le petit faune bondissant s’est affiné, humanisé, a pris un poids psychologique. Dans les années 20, il n’est pas un poète ou un peintre d’avant-garde qui ne parle ou écrive sur Charlot. Avec L’Emigrant (1917), Charlot Soldat (1918), The Kid (1921), La ruée vers l’or (1925), Le Cirque (1928), Les Lumières de la ville (1931), Les Temps modernes (1936) Le Dictateur (1940), Charlot est considéré comme un mythe vivant et la silhouette la plus connue à travers le monde.

Mais ses retentissants divorces sous l’accusation de ??cruauté mentale?? ternissent son image aux yeux de l’Amérique puritaine. Le maccarthysme l’achève?: accusé de bolchevisme, il est interdit de territoire américain en 1952. La popularité mondiale de ce citoyen du monde demeurera intacte. Retiré à Corsier-sur-Vevey, en Suisse, il travaillera à la réédition de ses films. Il s’éteindra discrètement la nuit de No?l 1977, entouré de ses enfants et de sa dernière épouse Oona.

? Cahiers du Cinéma, Hachette collections, 2005

MK2 -??Une vie de Chien?? de Charles Chaplin, 1918

Hollywood et ses géants

gaumontlogoAvant la Première Guerre mondiale, la France domine encore le marché cinématographique mondial grace notamment aux producteurs-distributeurs Charles Pathé et Léon Gaumont. Ces deux grands rivaux veulent produire de la nouveauté pour se démarquer et élargir leur clientèle. Ils travailleront notamment avec Alice Guy (première femme réalisatrice et scénariste avec 370 films) et Ferdinand Zecca (autodidacte acteur et réalisateur). Devenus de puissants chefs d’entreprise, Pathé et Gaumont règneront de nombreuses années sur l’industrie cinématographique et imposeront partout leurs célèbres logos : le coq Pathé et la marguerite Gaumont.pathe_logo

Mais dès le déclenchement de la Grande Guerre le cinéma fran?ais voit sa production subir de fortes restrictions notamment de matières premières. Le cinéma américain en profite pour envahir les écrans du monde entiers. Deux réalisateurs majeurs vont alors se distinguer : Cecil B. De Mille et David W. Griffith. De Mille réalisera en 1914 Le Mari de l’Indienne, mélodrame d’une durée de 1h07 (premier long métrage hollywoodien) et surtout Les Dix Commandements (1923 et son remake en 1956 avec Charlton Heston). Griffith, journaliste de formation, écrivain et poète obtiendra au fil des années des moyens humains et matériels gigantesques. Il réalisera deux monuments : Naissance d’une nation (1915) (film de 2h45) et Intolérance (1916) (durée : 2h30). Les films hollywoodiens à grand spectacle sont nés.

intolerance_griffith

Logo: ?Pathé et ?Gaumont

Photo : Intolérance par D. W. Griffith

L’Histoire du cinéma pour les Nuls par Vincent Mirabel ?Editions First, 2008.

Patrimoine cinématographique en ligne

logoTHE INTERNET ARCHIVE:

Fondé en 1996, The Internet Archive propose un accès permanent au patrimoine historique (textes, images animées, audio etc.) existant sous format digital. Ainsi le site internet archives.org regroupe des ?uvres cinématographiques tombées dans le domaine public. Une mine d’or pour les curieux et la possibilité de télécharger gratuitement des films tels que Nosferatu de Murnau, Metropolis de Fritz Lang ou The General de Buster Keaton.

http://www.archive.org

top_logoEUROPA FILM TREASURES:

Depuis juillet 2008 et dans le cadre du projet Trésors des Archives Européennes, les cinémathèques d’Europe ont mis en ligne gratuitement sur europafilmtreasures.fr plus de 70 films rares, dont 25 muets sonorisés par des compositeurs contemporains.

http://www.europafilmtreasures.fr

Georges Méliès, le magicien du cinéma (1861-1938)

Le titre d’un de ses films, l’Homme-Orchestre (1900), définit parfaitement Georges Méliès, dessinateur, peintre, caricaturiste, magicien, fantasmagore, directeur du théatre Robert-Houdin, décorateur, homme de théatre, écrivain, acteur, technicien, réalisateur visionnaire de plus de 500 films entre 1896 et 1912, créateur du premier studio vitré con?u pour le cinéma. Excellent acteur, mime remarquable doué d’une étonnante agilité, ce génie des effets spéciaux jouera dans presque tous ses films.

Méliès inventera les premiers trucages et les premières fictions au cinéma en s’appuyant sur son expérience d’illusionniste. Lui qui se contentait au départ de plagier les Lumières mettra au point les premières fictions cinématographiques en 1896. Tous ces films possèdent alors une grande puissance poétique : Le voyage dans la Lune (1902) ; Les cartes vivantes (1905) etc. Mais Georges Méliès ne se contentera pas uniquement de ces créations, c’est lui qui rédigera les premiers synopsis, lui qui dessinera les premiers story-board, lui qui réalisera le premier film engagé : L’Affaire Dreyfus (1898), et c’est aussi lui qui réalisera les premiers films publicitaires !

voyagedanslalune1

Sources :

La Cinémathèque Fran?aise : Exposition Georges Méliès Magicien du cinéma. A partir du 16/04/08

L’Histoire du cinéma pour les Nuls par Vincent Mirabel ?Editions First, 2008.